L’artisanat

L’artisanat

Des créations magiques ! L’habileté des artisans du Yucatan fait de leurs créations de véritables œuvres d’art.

Les splendides bijoux en filigrane d’or ou d’argent en sont un bon exemple ; de même que les peignes, les barrettes, les bagues, les boucles d’oreilles ou les colliers, taillés ou sculptés dans l’écaille de tortue.

Ils sont cependant de plus en plus difficiles à trouver en raison des interdictions liées au respect et à la protection des espèces. Le corail, la noix de coco, le sisal sont également utilisés dans la réalisation de bijoux notamment pour les colliers et boucles d’oreilles portés par les indiennes pour embellir le huipil.

Le huipil est la blouse traditionnelle. Faite dans un tissu de coton blanc, son encolure carrée et son ourlet sont brodés de fleurs. Elle est portée avec un fustán, ce jupon traditionnel dont le bas orné de dentelle est apparent.

La robe de cérémonie, appelée terno, est composée de trois pièces: un huipil de tissu soyeux, brodé et orné de dentelle, un jubón, blouse courte entièrement brodée et portée par-dessus le huipil, et enfin, le fustán brodé de fleurs et qui apparaît par transparence sous le huipil.

Les broderies sont réalisées au point de croix et représentent généralement des fleurs ou des formes géométriques. Cette tenue est portée avec des chaussures blanches ou brodées, une coiffe ornée de rubans et de fleurs, des colliers d’or filigrané et de corail, et le châle de Santa Maria.

L’autre vêtement largement porté, mais cette fois par les hommes, est la guayabera. Cette chemise typique et élégante, peut être réalisée dans bien des tissus, mais celles de lin ou de coton sont de meilleure qualité. A la fin du XIXème siècle, elle était portée par la haute société qui l’importait de Cuba où elle était confectionnée.

Mais la guayabera devenant de plus en plus populaire et les importations de plus en plus difficiles avec l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro, un groupe de visionnaires yucatèques se lança dans sa confection. C’est ainsi que naquit la phrase : « Le Yucatan est la porte d’entrée du monde maya, et Mérida est la capitale du monde de la guayabera ».

De même que les gens de Mérida portent des huipils, des ternos ou des guayaberas, ils dorment traditionnellement dans des hamacs. Ceux-ci sont suspendus à des crochets de bois ou de métal dont chaque pièce est équipée, tout comme dans les anciennes haciendas. Petits ou grands, ils sont utilisés par tous, quel que soit leur âge, leur croyance ou leur appartenance sociale.

Colorés, les hamacs de soie ou de coton apportent plus de fraîcheur que les hamacs en nylon. Ils permettent de bercer les enfants dès leur naissance. Tout comme les lits, ils existent dans de nombreuses tailles et peuvent être simples ou doubles. Dans la ville de Tixkokob, à l’est de Mérida, on peut acheter les meilleurs hamacs de la région, soit dans les magasins, soit directement dans les ateliers des artisans qui les confectionnent.

Le bois est un autre matériau fréquemment utilisé par les artisans yucatèques. A Dzitya, au nord de Mérida, de nombreux objets sont réalisés en gaïac, un bois très dur.

C’est à Hunucma et Ticul que sont fabriquées les meilleures chaussures de cuir de toute la péninsule.

A Bécal, à 91 km au nord-est de Campeche, sur la route 180, les habitants ont fait ériger un monument aux chapeaux sur une jolie place, au centre de la ville. Les fameux chapeaux Panama sont en effet le symbole de l’artisanat local.

Cet artisanat y a été lancé au milieu du siècle dernier par la famille Garcia et est devenu une tradition pour des générations d’ouvriers qualifiés et spécialisés. Leurs panamas, d’excellente qualité, sont exportés vers les Etats-Unis, l’Europe et l’Afrique du Sud. Ils sont tissés avec des fibres de jipi qui sont de jeunes pousses de palmiers.

Dans la cour de la plupart des maisons de Bécal, se trouve une cave souterraine où les artisans tissent dans des conditions optimales d’humidité afin que les fibres ne cassent pas. L’extrême finesse des fibres et le tissage très serré des panamas les rendent quasiment imperméables.

Comme on peut le voir, l’artisanat yucatèque utilise une grande diversité de matériaux pour créer des objets utiles, colorés, variés, à la beauté et l’élégance incontestables.