Izamal

Izamal

A 35 mn de voiture de nos hôtels de Chichen Itza, Izamal est la cité des «Trois cultures». Ses origines datent de 300 avant JC, à la fin de la période classique. Appelée Zamná, «rosée du ciel», par les populations qui y étaient installées, elle était guidée par un puissant prêtre maya.

Dans ses chroniques de voyage, Relación de las cosas de Yucatan, l’évêque espagnol Diego de Landa a consigné les règles de la communauté en 1541, et mentionne les cérémonies rituelles qui avaient lieu à Zamná pour honorer Itzamatul, créateur du peuple maya, dieu de la pluie et de la saison sèche.

Ce dieu était également le créateur de l’Univers dans la religion maya. Cette belle ville coloniale a été fondée par des moines espagnols franciscains, au milieu du XVIème siècle, lors de l’évangélisation du Yucatan.

Entre 1553 et 1561, ils établirent un petit temple chrétien au sommet d’une pyramide maya et construisirent un grand monastère franciscain sur l’acropole, centre cérémonial maya dédié à Hol-Chac.

Il fut ensuite nommé monastère de San Antonio de Padua. Le but de ces moines franciscains était de substituer le christianisme aux croyances anciennes.

Ils utilisèrent les pierres de l’ancienne cité maya pour bâtir leur monastère, leurs églises et les édifices alentour. L’atrium, par ses dimensions, est le deuxième après celui du Vatican.

Le plus grand temple d’Izamal s’appelle Kinich Kak ou la Grande Pyramide. C’est la troisième plus grande structure du Yucatan. A son sommet, se trouve une plate-forme où se déroulaient les cérémonies. Ce site a été nommé «Cité magique» par le ministère du tourisme en 2002.

La ville coloniale, d’influence hispano-mauresque, aux façades peintes d’un blanc et d’un jaune lumineux est charmante. Il ne faut pas manquer le spectacle Son et Lumière qui se déroule les mardis, jeudis et samedis soirs à 20h.